En savoir plus – Planétologie – Actualités

Le projet Fripon

Qui n’a jamais fait un vœu à la vue d’une étoile filante ? Ces corps célestes qui nous fascinent depuis la nuit des temps n’ont pourtant rien à voir avec les vraies étoiles ! Ces traînées lumineuses, aussi nommés « météores », sont le fruit de l’entrée dans l’atmosphère de morceaux d’astéroïdes ou de comètes. Leur taille dépasse rarement quelques centimètres et pourtant on les distingue très bien dans le ciel. Pas mal pour des cailloux !

Mais ces débris peuvent être plus grands, leur entrée dans l’atmosphère produit alors une lumière beaucoup plus forte, ce sont des bolides ! Si ce fragment survit à sa chute et s’écrase sur le sol terrestre, il forme les fameuses météorites.
Du météore au cratère, nous manquons de connaissances sur ces sujets qui pourraient pourtant nous apporter des réponses à des questions portant sur l’origine de notre planète et de notre système solaire !

Météores et météorites

Nous savons qu’une dizaine de météorites tombent chaque année en France, malheureusement elles sont souvent introuvables. Au XIXème siècle, on en retrouvait une tous les deux ans contre seulement une tous les 10 ans au XXème et au début du XXIème. Ceci résulte de l’évolution des modes de vie : les chutes n’ont plus de témoins.

Par ailleurs, même si nous savons que la plupart des météorites proviennent de la ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, nous ignorons de quel endroit précis !

Gravure représentant la chute de la météorite d’Orgueil (Tarn-et-Garonne) en 1864.

Le projet FRIPON

De là est née l’idée de remplacer les témoins visuels par un réseau d’une centaine de caméras couvrant le territoire : le réseau FRIPON (Fireball Recovery and Inter-Planetary Observation Network)
Ce réseau permet de déterminer avec précision l’orbite de chaque bolide (météore) ; une orbite précise permet de déduire la région d’origine du bolide dans le Système Solaire et elle fournit également des indications précieuses sur le lieu de chute du météore (devenu entre temps météorite).

Une des caméras du réseau FRIPON installée au sommet du Pic du Midi de Bigorre.

Le projet a aussi pour but d’associer les météorites retrouvées à une famille d’objets et parfois à un corps parent. On aura ainsi la chance unique de pouvoir étudier une météorites dans les meilleurs laboratoires terrestres tout en connaissant le corps d’où il provient !

Exemple d’une détection d’un météore par trois caméra du réseau FRIPON et trajectoire calculée d’après les observations.

À la chasse aux météores !

Une autre motivation majeure du projet est de former le public à la reconnaissance des météorites. En effet, les zones concernées par les chutes sont bien trop vastes à parcourir par la petite équipe de chercheurs de FRIPON. L’idée est de s’appuyer sur un réseau citoyen afin de constituer des équipe locales de « chasseurs de météorites ».
C’est l’objectif du projet Vigie-Ciel, adossé au projet FRIPON.

Sources : sites https://www.vigie-ciel.org et https://www.fripon.org

Plus d'actualités

Les granules explosifs

Première observation montrant des granules explosifs à la coupole tourelle (Lunette Jean Rösch) par André Carlier en 1967. (5 images/s) idem 10 images/s idem 3 images/s

Ecran météorites – Touchez et découvrez

Vous touchez du bout des doigts un véritable morceau de LUNE !

Ecran météorites – Comparez et identifiez

Observez attentivement les météorites pour comprendre leur formation Qu’avons-nous sous les yeux ? Météorites non différenciées   Les chondrites doivent leur nom aux chondres qui les composent et que l’on ne retrouve pas dans les roches terrestres. Ces petites sphères visibles à l’œil nu sont constituées de minéraux silicatés réunis dans une matrice de poussières […]

Rechercher